Apprivoiser son tempérament introverti : sérénité garantie !

Cet article a été écrit par Julien du blog Un monde pour les introvertis. Il vous raconte comment découvrir qu’il était introverti, et apprivoiser ce tempérament parfois difficile à vivre dans notre société actuelle, lui a permis de gagner en confiance et en sérénité dans sa vie quotidienne.

Aujourd’hui, non seulement il a appris à identifier ses besoins profonds d’introverti, comme le calme, l’écoute, les relations profondes ou la contemplation, mais également à s’adapter et prendre plaisir à exprimer d’autres facettes plus extravertis de lui même quand les situations le demandent.

Depuis quelques temps, grâce à Julien notamment, je prends moi aussi conscience de mon tempérament d’introverti et j’apprends à le respecter davantage.

Et je dois dire que ne pas m’obliger à sortir voir du monde, ne pas m’obliger à parler si je n’en ai pas envie, et ne pas m’obliger à jouer un rôle de manière générale m’apportent le plus grand soulagement.

J’accepte de plus en plus d’être moi-même, et comprendre ces notions « d’introverti » et « d’extraverti » m’aide beaucoup à avancer.

Je vous laisse avec l’article de Julien, en espérant que ce sujet vous intéressera et que vous en apprendrez davantage sur vous même.

Bien sereinement,
Sébastien – Vers une vie sereine


Début de l’article :


Si on m’avait dit il y a quelques années que j’étais introverti
, j’aurais probablement ouvert de grands yeux incrédules et méchants : non, non, non, je ne suis pas associable !

J’aurais été secoué, et abattu, car mon combat de toujours est d’être plus visible, d’avoir plus d’amis, d’avoir plus de répartie.

Tout faire pour cacher ma timidité, et être une personne joviale, appréciée par son entourage.

Si seulement j’avais su que j’étais introverti !

Et que je ferais mieux de respecter ce tempérament !

Si seulement j’avais su qu’être introverti, c’est avant tout une manière d’être…

introverti 2Que c’est avoir besoin de solitude et de calme pour recharger ses batteries. On peut aimer voir ses amis mais qu’il faut savoir doser ses relations sociales.

Que c’est un tempérament normal et partagé par de nombreuses personnes.

Que comme beaucoup d’introvertis, j’essayais de jouer un rôle qui n’était pas le mien, pour me plier à un modèle de société qui aime l’extraversion

…et que cela me menait droit dans le mur.

J’aurais mieux choisi ma vie, mieux choisi mes amis, et surtout je ne me serais pas forcé à ressembler à une personne que je ne suis pas…

J’aurais su mieux gérer mon énergie au quotidien et aurais été plus à l’aise pour sortir de ma zone de confort lorsqu’il le fallait…

Je suis heureux de l’avoir découvert maintenant, depuis quelques années. Et grâce à cela, tant de choses ont changé !

Mais avant d’aller plus loin, il me semble nécessaire d’apporter quelques explications.

Qu’est-ce que c’est, être introverti ?

L’axe introversion – extraversion est une des composantes majeures de la personnalité.

Lorsque l’on passe un test de personnalité, on est plus ou moins introverti ou extraverti.

Cette composante n’est pas figée : il est possible d’évoluer légèrement au cours de sa vie le long de l’axe introversion – extraversion.

Mais si l’on est fortement introverti, on ne deviendra jamais fortement extraverti, et vice-versa. La plupart des auteurs s’accordent à dire qu’il y a une grande partie d’innée dans le fait d’être introverti ou extraverti.

Dans cet article, pour plus de facilité, nous allons parler “des introvertis et des extravertis”. Mais gardez à l’esprit que ce sont des tendances, et que chacun de nous possède en soi un peu des deux tempéraments.

On pourrait représenter cela par un axe allant de très introverti à très extraverti. A gauche les introvertis, au milieu les “ambivertis”, et à droite les extravertis. Mais même les plus introvertis ont une part d’extraversion qui se manifeste de temps en temps… et les personnes les plus extraverties peuvent aimer parfois le calme et la solitude.

Être introverti : c’est aimer le calme et la solitude, et en avoir besoin pour recharger ses batteries.

Contrairement aux extravertis qui, eux, sont énergisés par le contact avec les autres et les environnement excitants.

antidepresseur béquilleAinsi, on peut être introverti et aimer voir ses amis, aimer aller à des concerts, aimer aller voir un match de foot… Mais après un certain temps passé à de telles activités, le niveau d’énergie baisse et on a besoin de se retrouver seul. Les extravertis, eux, en redemandent.

En fait, être introverti, c’est être orienté vers le monde “intérieur”, le monde des idées, le monde de notre tête. Tandis qu’être extraverti, c’est être orienté vers le monde de l’ “extérieur” : le mouvement, le contact, la vie qui se passe autour.

Ainsi, les introvertis tirent leur énergie de ce monde intérieur. Et ils l’aiment également ! Ils aiment souvent la lecture, les activités solitaires, mais aussi les discussions profondes en petit comité, se concentrer des heures durant sur un problème, etc.

Généralement, les introvertis ne sont pas des grands bavards, mais cela dépend des situations, et surtout du type de discussion. Ils risquent d’être plutôt silencieux dans les discussions du type “la pluie et le beau temps”, qui ont tendance à les ennuyer, tandis qu’ils peuvent vous surprendre par leur flot de parole lorsqu’ils parlent d’un sujet qui les passionne.

Pour savoir si vous êtes introverti, vous pouvez passer ce test, créé par Laurie Hawkes, psychologue et auteur du livre “La force des introvertis” : cliquez ici pour faire le test.

On confond souvent introversion et timidité, ou associabilité, à tort.

La timidité est associée à une notion de peur : peur du regard des autres, peur de parler, peur de ce que l’on pensera de nous… On peut avoir envie d’aller vers les autres, mais ne pas y arriver par peur.

Les introvertis non timides aiment aller vers les autres et n’en ont pas peur. Mais ils préfèrent ces contacts à petite dose, et l’assument parfaitement ! Ils peuvent donc être parfaitement sociables, à leur manière. Ils parlent beaucoup moins que les extravertis, mais n’ont pas peur de parler.

Cet amalgame souvent fait entre la timidité et l’amour du calme et de la solitude est souvent destructeur pour les introvertis, qui entendent tout au long de leur vie que “quelque chose ne tourne pas rond” dans leur manière d’être.

Ils devraient être plus visibles, parler plus, dire leur avis, sortir voir leurs amis, avoir de nombreuses activités… Autrement on n’est pas tout à fait normal.

Nous vivons dans un monde où les valeurs extraverties sont sublimées, surestimées, et gare à ceux qui n’y adhèrent pas.

Pourquoi tout introverti devrait aimer et respecter son tempérament introverti.

Il n’est jamais bon de jouer un rôle qui n’est pas le nôtre, trop longtemps.

On peut jouer un peu, pour la nécessité de certaines situations, ou par amour du jeu, mais si l’on est trop souvent et trop longtemps soumis à une vie qui épuise, eh bien… on finit par s’épuiser. Ou déprimer. Ou en burn-out. Ou tout ce que vous voulez.

nDe plus, la plupart des gens n’arrivent jamais à être aussi bon dans un rôle qu’ils jouent que les autres qui sont naturels dans ce rôle. Autrement dit : on peut apprendre à jouer aux extravertis (et la plupart des introvertis l’ont appris depuis toujours, par nécessité), mais on ne sera jamais aussi bon qu’un extraverti.

Or, de manière surprenante, lorsque l’on ne se force pas à être sociable, à parler lorsque l’on n’en a pas envie, à sortir lorsque l’on préfère rester chez soi… l’on devient plus à l’aise dans le monde extraverti qui nous entoure.

Le fait d’apprendre à recharger ses batteries lorsque l’on en a besoin, permet d’avoir l’énergie nécessaire pour “faire ses sorties” dans ce monde paroles et de visibilité. Et avec naturel et bonne humeur.

Lorsque j’ai découvert que j’étais introverti, j’ai compris que j’avais tout fait, pendant une trentaine d’années, pour essayer de ressembler aux extravertis.

Et je n’en pouvais plus.

J’avais atteint un poste important dans mon entreprise m’obligeant à être en permanence en réunions, j’avais passé des années à me plier au rythme de mes amis extravertis, et je me forçais continuellement à parler, à me montrer, à participer à tout “ce à quoi il fallait participer”. Je faisais ce que je croyais “qu’il était bien de faire”. Mais on continuait à me reprocher mon silence, mon manque de visibilité. Et je continuais à me reprocher mon manque d’assurance, mon manque d’amis, mon manque de participation à toutes les activités qui m’entouraient.

Le fait de comprendre mon tempérament introverti, et d’apprendre à mieux le respecter, m’a soulagé.

Le premier soulagement est venu de la révélation que je n’étais pas anormal.

Rien que ça, c’est énorme.

Mais ensuite, il y a eu toute cette phase de réapprentissage de la vie, différemment, pour jouer le rôle qui était le mien.

Et cela vous donne une nouvelle force, une nouvelle confiance en vous, qui vous arme beaucoup mieux pour ce monde extraverti, que si vous essayez de jouer un rôle qui n’est pas le vôtre.

Ce que vous pouvez faire, pratiquement, pour respecter votre tempérament introverti tout en gardant une vie “normale”.

Nous sommes emplis de croyances nous poussant à jouer un rôle.

Par exemple, on croit souvent que la communication ne passe que par la parole : on se dit que pour être présent dans une discussion, il faut parler.

Pourtant, il est bien connu qu’une grande partie de la communication passe par le non verbal. Ainsi, lorsque l’on m’a dit, un jour, que je n’étais pas obligé de parler en réunion pour donner l’impression d’être présent, ma vie professionnelle s’est rapidement améliorée : le simple fait d’être attentif, de donner des signes visibles que la conversation nous intéresse et que l’on y réfléchit, donne l’impression aux autres que l’on participe. Souvent, ils n’auront presque pas remarqué que l’on n’a presque pas parlé.

Ce conseil est bien-sûr applicable à nombre de situations de la vie courante.

Une autre croyance fréquente est que l’on doit nécessairement participer aux activités proposées par les autres pour être appréciés de ceux-ci.

Ainsi, souvent, les introvertis ne pensent pas à inviter un ami boire un verre pour discuter tranquillement à deux, pensant que cela ennuiera cette personne. Pourtant, nombre d’extravertis seront ravis de ce type de soirée, à laquelle ils n’auraient pas pensé d’eux-même.

Finissez-en avec le “ce serait bien de…”

Pensez à vous. De quoi avez-vous envie ? De quoi avez-vous besoin ? Où en est votre niveau d’énergie ?

Il est possible d’aménager au quotidien nombre de petits moments pour “chouchouter” son introversion : effectuer de petites pauses solitaires entre les réunions, s’autoriser à déjeuner seul lorsque l’on travaille en “open-space”, s’autoriser à partir plus tôt que les autres d’une soirée… les possibilités ne manquent pas, et il serait dommage de s’en priver sous prétexte que d’autres pourraient mal le prendre (ce qui est, de plus, généralement faux).

Mais surtout, apprenez à aimer votre tempérament introverti !introverti

Nombre d’introvertis cachent inconsciemment leur tempérament introverti. Au mieux, ils considèrent leurs qualités d’introverti comme des qualités banales, au pire ils en ont honte. Et pourtant, n’est-ce pas une grande qualité de savoir profiter de la solitude ? N’est-ce pas une grande force que de savoir écouter ? Que de savoir se concentrer longuement ? N’est-il pas préférable parfois de réfléchir avant d’agir ?

Apprendre à connaître et aimer ses qualités d’introverti(e) peut vous donner une grande force : la force d’être vous.

Cela vous permettra d’être plus serein, plus heureux, en phase avec qui vous êtes : avec vos envies et vos besoins les plus profonds.

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’ici, et serais heureux de savoir ce que cet article vous inspire, si vous vous reconnaissez ou reconnaissez l’un de vos proches, et ce que vous pourriez changer dans votre vie pour être plus serein(e), en phase avec votre tempérament introverti. N’hésitez pas à me laisser vos commentaires, auxquels je répondrai avec plaisir.

Julien du blog Un monde pour les introvertis.

cadeau-500

14 réponses à “Apprivoiser son tempérament introverti : sérénité garantie !”

  1. sandra 2 juin 2015 at 11 h 42 min #

    wouah, c’est un article très concret et très encourageant. Et oui, je fais partie des introverties même si je fais tout pour ne pas le faire paraître. Manque de pôt, ça se voit quand même. Accepter ce que l’on ait est déjà un soulagement. Plus besoin de paraître mais d’être soi simplement, plus rien à prouver. ce n’est pas anormal. Pour être plus sereine, je pense que je vais prendre du temps pour moi, parce que c’est ça qui recharge mes batteries et ne plus culpabiliser.

    • Julien 2 juin 2015 at 14 h 44 min #

      Bonjour Sandra,
      Merci pour votre commentaire enthousiaste ! Eh oui, difficile de le cacher, même quand on fait tout pour ne pas le montrer. Mieux vaut être soi-même et comme vous le dites : ne plus culpabiliser, accepter que ces traits de tempérament sont des traits normaux, que l’on a le droit d’être comme cela, et mieux respecter son rythme. Bonne continuation dans cette découverte ! :-)
      Julien

  2. marie 2 juin 2015 at 13 h 30 min #

    Exactement ça (Y) !

  3. Samia 2 juin 2015 at 14 h 23 min #

    Je me reconnais tout à fait ds cet article et dans le fait de culpabiliser à chaque fois que mes besoins ne ressemblent pas à ceux des autres…Ça va m’aider à m’accepter comme je suis et surtout à recharger mes batteries dès que necessaire!

    • Julien 2 juin 2015 at 14 h 49 min #

      Bonjour Samia,
      Je suis heureux que vous vous reconnaissiez ! Et sachez que ces besoins ressemblent à ceux de beaucoup personnes, qui le cachent elles aussi ! Bonne chance dans votre quête de plus de moments pour recharger vos batteries ! C’est vraiment une clé importante pour les introvertis !
      A bientôt,
      Julien

  4. Marie-Claude Blackburn 2 juin 2015 at 15 h 19 min #

    Superbe article. J’en avais bien besoin ce matin pour me rappeler que je suis une introvertie et que je n’ai pas à aller contre ma nature.
    Merci, Julien!

  5. Ronald Charles 2 juin 2015 at 16 h 53 min #

    j’ai ete content d’avoir lu cet article. ce dernier m’a appri comment bien gerer les parties sombres de mon etre.je sais maintenant que j’etais un peu timide et cet article va m’aider dans le combat.
    merci Julien.

  6. ingrid 2 juin 2015 at 18 h 58 min #

    Bonsoir,
    Très bon article qui rappelle que l on peut s accepter tel que nous sommes. Mais je crois surtout qu il convient enfin pour moi de savoir pourquoi j ai cherche a être ce que je ne suis pas. La vérité est que j ai été dés le début entraine par ma famille qui ne respectait pas ma nature. Et bien évidemment ensuite on est tente de faire comme les autres pour être acceptée.
    Mais maintenant que l on est affranchi de cette souffrance, ce faux semblant, je me demande encore comment on peut l appliquer au quotidien et quel est le regard des autres sur notre changement.

  7. ingrid 2 juin 2015 at 18 h 59 min #

    Bonsoir,
    Très bon article qui rappelle que l on peut s accepter tel que nous sommes. Mais je crois surtout qu il convient enfin pour moi de savoir pourquoi j ai cherche a être ce que je ne suis pas. La vérité est que j ai été dés le début entraine par ma famille qui ne respectait pas ma nature. Et bien évidemment ensuite on est tente de faire comme les autres pour être acceptée.
    Mais maintenant que l on est affranchi de cette souffrance, ce faux semblant, je me demande encore comment on peut l appliquer au quotidien et quel est le regard des autres sur notre changement. Ou comment faire accepter notre changement…

  8. Sylviane 3 juin 2015 at 17 h 09 min #

    Bonjour
    Me voilà rassurée car je culpabilisais me sentant asociale .
    Merci beaucoup, finalement ce besoin de solitude m’est nécessaire
    comme l’air que je respire et il est précieux de se ressourcer pour
    plus de sérénité.
    Cordialement
    Sylviane

  9. Aurore 5 juin 2015 at 12 h 44 min #

    Sans long discours je vous dis merci , je comprend ce que je suis maintenant …

  10. Julie 6 juin 2015 at 6 h 53 min #

    Votre article représente bien mon expérience passe a faire un travail qui ne me ressemblait pas et qui m épuisait physiquement et mentalement. J’ avais effectivement besoin de me recueillir seule après chacun de mes chiffres car cela me vidait complètement. Je comprend maintenant que malgré le succès que j avais, je n étais pas du tout heureuse, ce genre de travail ne convient pas a mon tempérament que je vais respecter à l’avenir. Merci beaucoup cet article est un bijou a conserver et a relire souvent.

  11. laure 6 juin 2015 at 16 h 50 min #

    merci pour cet article qui m’eclaire, etant une extravertie vivant avec un introverti je ne comprends vraiment pas les longs silence, j’ai du mal avec ça.
    Mais que faire quand un introvertit reste trop longtemps dans sa caverne?

    Laure

Laisser un commentaire