Des pensées positives ? Ok, mais il se cache où le positif ?

Dans un article précédent, je vous avais appris les bases de la pensée positive et je vous avais donné quelques exercices pour muscler votre positivité. Je n’insisterais jamais assez sur l’importance de transformer votre façon de penser. Vous ne trouverez pas le bonheur à l’extérieur de vous-même mais bien à l’intérieur.

Un objectif fondamental pour mener une vie sereine est donc de s’appliquer à essayer d’avoir des pensées positives afin de ne plus être orienté « négatif, problème, victime… » mais plutôt « positif, solutions, opportunités ».

C’est loin d’être facile, mais c’est possible. Il suffit pour cela d’adopter le bon état d’esprit, et de pratiquer tous les jours. Je vous avais donné un bon aperçu dans cet article très complet sur la pensée positive.

Cependant, parmi les nombreuses questions que je reçois chaque jour, il y en a une qui revient souvent :

Des pensées positives? Je veux bien moi, mais quand tout est négatif, comment faire pour voir le positif ? Quand j’ai de gros problèmes, ce n’est pas possible ! Il se cache où le positif ?!

pensées positives

Un problème = une opportunité = des pensées positives potentielles

Je vais vous révéler quelque chose : dans chacun de vos problèmes se cache une opportunité, une source de positif.

Laissez-moi vous expliquer quelque chose de simple mais que l’on a tendance à oublier : si quelque chose ne va plus aujourd’hui, cela veut dire qu’auparavant, hier, il y a deux jours, il y a un an, cette même chose allait mieux. (ex : aujourd’hui j’ai mal aux dents, veut aussi dire que hier, je n’avais pas mal !).

Et bien si je continue ce raisonnement, il y a sûrement plein de choses qui vont, et qui pourraient être largement pires (ex : vous n’avez pas mal à la tête ! C’est génial, car vous pourriez avoir mal aux dents ET à la tête ! ). Peut-être que quelques éléments de votre vie ne vont pas.

Mais parallèlement, de nombreux éléments de votre vie vont bien, pourraient être pires, mais vous n’y prêtez pas attention car vous vous concentrez sur ce qui ne va pas.

Le positif ne se trouve pas forcément dans un évènement exceptionnel. Il se trouve avant tout dans ce que vous avez et que vous pourriez ne plus avoir.

 

La gratitude : concentré de positivité

En étant reconnaissant de ce que vous avez déjà, vous générez de la gratitude. Et la gratitude est le top du top, la crème de la crème de la positivité.

    • Vous avez 2 bras ? Vous pourriez en avoir plus qu’un seul ! Vous pouvez être reconnaissant d’avoir ces 2 bras, et donc être positif et heureux !
    • Vous avez 2 yeux qui fonctionnent ? Vous pourriez en avoir plus qu’un seul, ou même être aveugle ! Vous pouvez être reconnaissant de voir, et donc être positif et heureux !
    • Vous entendez correctement ? Vous pourriez être sourd ! Vous pouvez être reconnaissant d’entendre, et donc être positif et heureux !
    • pensées positives

 

4 situations vécues – 4 prises de conscience

Voici 4 exemples me concernant pour vous montrer comment mettre en pratique cette gratitude, cette reconnaissance de ce qui est déjà là :

Exemple 1 : Les pensées positives cachées derrière l’entorse

Voici un premier exemple, et c’est d’ailleurs lui qui m’a donné l’idée de cet article. Il y a quelques jours, je me suis fait une entorse.

Je jouais au foot avec des amis et là … paf … mon pied s’arrête net, se tord, et j’entends « crac, crac ». La première chose que je me suis dit, je vais pas vous le cacher : c’est aie :).

Puis j’aurais pu ruminer, me plaindre ou être en colère… mais rien de tout ça. Je me suis souvenu de la phrase sur le lâcher-prise dont je vous parlais dans cet article, et je me suis concentré à utiliser mon énergie pour faire ce que je pouvais : je suis rentré chez moi, j’ai raconté l’histoire à ma copine avec le sourire, j’ai pris un sachet de glace et on est allé aux urgences. J’ai fait des radios, et l’infirmière m’annonce que ce n’est pas cassé.

À partir de là : j’avais le choix entre 2 scénarios :

Scénario 1 : Une mauvaise façon

Soit je me plains, je rumine, je me dis que « j’ai pas de chance », « le sort s’acharne contre moi », « qu’il a fallu que ça tombe sur moi », « et pendant les vacances en plus »! Un problème de plus, « je suis maudit », « ma vie est nulle », « je suis malchanceux »… et donc le faire sentir à tous ceux qui m’entourent : faire la victime, le chien battu, voir uniquement le négatif et me plaindre.

Scénario 2 : Une meilleure façon

Soit, et c’est ce que j’ai fait : je me suis arrêté et j’ai pensé :

  • ok j’ai une entorse, c’est pas cool, mais j’ai de la chance, ça aurait pu être pire, ce n’est pas cassé. Au moins, il me reste encore une jambe.

Puis je me suis forcé à chercher encore plus de positif :

  • Tiens, ça me rappelle le fait que c’est agréable d’avoir 2 jambes et donc quand ma jambe sera guérie, j’apprécierais encore plus le fait d’en avoir 2 :)
  • Au final, c’est pas si mal. Ça va me permettre de ralentir, et de m’arrêter

Bref, j’ai cherché les aspects positifs de la situation et je me suis concentré dessus. J’ai cherché les opportunités cachées derrière ce problème, et je n’y ai donc vu que du bien. Je ne me suis pas plaint, je n’ai pas joué la victime, et j’ai accepté et vécu la situation sereinement. Et entre nous me plaindre et faire la victime ne m’aurait pas guéri plus vite.

 

Exemple 2 : Café brûlant et pensées positives

Il y a quelques jours, je me suis fait un café, et j’étais pressé : je n’ai pas attendu qu’il refroidisse et je me suis donc brulé la langue. Cela a eu pour effet de diminuer mes facultés gustatives pendant quelques jours : je ne ressentais plus très bien les goûts et les saveurs. Sur le coup, ce n’était pas forcément idéal mais cela m’a rappelé d’être reconnaissant lorsque ma langue va bien, et de bien prendre le temps de profiter du goût des aliments.

 

Exemple 3 : Perte de l’audition : où est le positif ?

Je suis récemment allé à un concert, le son était fort, et le lendemain, je n’entendais plus rien. Et bien quand j’ai récupéré mes oreilles, j’ai été reconnaissant de pouvoir entendre correctement à nouveau. Faire l’expérience de problème auditif me permet aujourd’hui d’être reconnaissant d’entendre correctement. C’est l’opportunité cachée derrière le problème. Le positif qui est révélé au grand jour grâce au négatif. J’avais oublié la chance que j’avais d’entendre et la vie me l’a rappelé. Elle le fait tous les jours.

 

Exemple 4 : Rhumes et pensées positives

Nous avons tous des gros rhumes. Pendant ces rhumes (surtout pour nous qui avons des crises d’angoisses), nous avons des difficultés à respirer et donc plus de mal être et d’angoisses. Ça ne va pas, et on s’en plaint très largement. Mais une fois le rhume passé, est-ce que vous êtes heureux et reconnaissant de pouvoir enfin respirer correctement? Ou est-ce que vous allez vous trouver un autre problème au sujet duquel vous allez vous plaindre?
Le positif est juste là, « sous votre nez » mais vous ne le verrez sans doute pas : « vous n’avez PLUS de rhume, l’air passe sans problème dans votre nez !! » Il y a 3 semaines, vous en rêviez, mais 3 semaines plus tard, cela vous semble normal, et vous ne prenez même pas conscience de la chance que vous avez ! Chaque jour vous pouvez être reconnaissant de ne pas avoir de rhume ! Chaque jour, vous pouvez être heureux de respirer correctement  !

 pensées positives

 

Chaque problème est une opportunité

Le positif est partout !

Vous voyez peut-être où je veux en venir. Le positif est partout ! Et dans chaque problème se cache une opportunité. Chaque jour, vous pouvez être reconnaissant d’entendre, de voir, d’avoir un toit, d’avoir 2 bras, d’avoir à manger… Et encore plus si vous avez fait l’expérience désagréable d’en être coupé pendant un moment. Vous voyez, entendez, marchez, mangez. Nombreux sont ceux qui n’ont pas cette chance. Moi même parfois j’oublie cela, j’ai envie de me plaindre pour une connerie bêtise, et puis je me souviens : cela pourrait être LARGEMENT pire !

L’angoisse aussi est une opportunité

Même en ce qui concerne l’angoisse, il y a pire. C’est un problème certes, parfois très difficile à vivre certes, mais là aussi il y a de nombreuses opportunités cachées : apprendre à mener une vie plus saine, apprendre à être plus en phase avec soi-même, apprendre à s’affirmer auprès des autres, apprendre à arrêter de subir notre vie, apprendre à surmonter nos pires peurs… apprendre à vivre et non plus survivre !

Bonus : quelques vidéos pour moins se plaindre

Il y a probablement pire que ce que vous vivez : après ces quelques vidéos, vous relativiserez et aurez sans doute plus de mal à vous plaindre pour des petites choses sans grande importance :

Vidéo 1 : Nick Vujicic, un homme sans jambes et sans bras

Cet homme est incroyablement inspirant. Il n’a ni jambe, ni bras, et arrive pourtant à vivre plus heureux que beaucoup d’entre nous. Je vous laisse le découvrir :

Vidéo 2 : Un orphelin d’Irak chante à X-Factor

Cette vidéo est en Anglais, mais honnêtement, vous serez touché même sans la comprendre. J’essayerais de la traduire en français à l’occasion mais pour le moment, vous pouvez très bien la regarder en Anglais.

Vidéo 3 : Liu Wei à l’incroyable talent Chinois

Liu Wei est un jeune chinois. Alors qu’il avait 10 ans, Liu a été victime d’un accident, et a perdu ses deux bras. Et qu’a-t-il fait? Est-ce que cela a gâché sa vie? Non, loin de là. Il a JUSTE décidé d’apprendre à jouer du piano… avec les pieds ! Et de remporter le concours Incroyable Talent! Voyez plutôt :

cadeau 500

24 réponses à “Des pensées positives ? Ok, mais il se cache où le positif ?”

  1. Pierre 28 juillet 2012 at 23 h 03 min #

    Merci Sébastien pour cet article qui je l’espère rendra service aux lecteurs de ton blog.
    Cependant les gens sont aussi heureux qu’ils auront ont décidé de l’être et ni toi ni moi n’y pouvons rien.

    • Sebastien
      Sébastien 28 juillet 2012 at 23 h 39 min #

      Hello Pierre,
      Je suis d’accord avec toi sur le fait que chacun est responsable de son niveau de bonheur. Par contre, je pense qu’il y a encore trop peu de gens qui ont pris conscience que leur bonheur ne dépend majoritairement que d’eux même.
      Et sur ce point, on peut agir. On peut faire prendre conscience.
      Et je considère que quelqu’un qui lit un article sur « la pensée positive » veut être plus heureux :) et donc ce n’est pas une question de choix. C’est une question de savoir comment, et ton site comme le mien y peuvent donc quelque chose.
      Sébastien

      • muriel 27 mars 2013 at 11 h 05 min #

        Bonjour Sébastien et tous les lecteurs, j’adore cet article ; il est vrai que nous nous plaignons bien souvent et que lorsque nous sommes angoissés avec des attaques de panique en plus il semble qu’il n’y a rien de pire et pourtant… C’est vrai qu’on apprend plein de choses, à grandir, à s’aimer tous les jours un peu plus, à accepter tout doucement et à remercier pour tout ce que l’on a déjà et ça c’est super fantastique, car on peut remercier pour tellement de choses que ça pose tout de suite un sourire à l’intérieur de nous-mêmes. Encore une fois MERCI Sébastien de ces partages. Muriel

  2. Jonathan 29 juillet 2012 at 2 h 57 min #

    Bravo pour ce bel article,

    Tout est une question de point de vue comme tu l’as bien montré. Il y a tellement de belles choses donc pourquoi se polluer l’esprit avec des bêtises. On ne se rends pas service et encore moins aux autres. D’autant qu’il ne s’agit pas de se raconter des histoires mais de simplement regardé la réalité sous un angle différent.
    A+ et merci pour l’article.

    • Sebastien
      Sebastien 6 février 2013 at 16 h 17 min #

      Oui tout à fait, c’est vraiment une question de perception : savoir regarder la même réalité mais avec un point de vue différent.
      Et si on s’y applique un peu chaque jour, on remarque vite des résultats. Mais ça, tu dois le savoir mieux que moi :)

  3. Luc mister-no-stress 29 juillet 2012 at 14 h 31 min #

    Bonjour Sébastien,
    J’ai me beaucoup ton article.
    Cela me rappelle ce que me disait un de mes enseignants :
    « Un problème est une chance qui se présente en habits de travail »
    Et il nous poussait toujours à « chercher le cadeau » qui était caché quelque part dans ce problème…
    Merci de me l’avoir rappelé
    A bientôt
    Luc Mister-no-stress

    • Sebastien
      Sebastien 6 février 2013 at 16 h 20 min #

      Très sympa la citation de ton enseignant ;)
      Et comme tu le dis, maintenant je cherche l’opportunité ou le cadeau en chaque problème.
      Parfois il est dur à trouver c’est clair ou alors c’est quelque chose dont l’on prend conscience ensuite, mais il y a toujours du positif.

  4. Mathieu 30 juillet 2012 at 1 h 47 min #

    Bonjour Sebastien,
    merci pour cet article.
    En fait, la positivité il faut aller la chercher… C’est vrai que nous avons tendance a tout le temps voir les choses du mauvais coté… Alors que de les voir du bon coté serait bien mieux pour notre santé mentale !
    Tout cela est du aux paradigmes, de notre façon de voir les choses…

    A bientôt,
    Mathieu

    • Sebastien
      Sebastien 6 février 2013 at 16 h 25 min #

      Salut Mathieu,
      Comme tu dis il faut aller la chercher car elle va pas nous tomber dessus :)
      Cela demande un peu d’effort et de pratique mais notre santé nous dira merci ensuite !

  5. Danièle de Forme et bien-être 30 juillet 2012 at 9 h 10 min #

    Bonjour Sébastien,
    Les personnes qui ont à l’esprit des pensées négatives ne sont pas forcément celles qui ont le plus de problèmes. J’ai connu des personnes extraordinaires qui vivaient avec des difficultés physiques avec ce que ça entraine pour trouver du travail, se faire des relations et élever son enfant. Jamais une plainte sur les douleurs physiques et mentales. Un exemple de positivité que j’essaie de suivre jour après jour.
    Tes lecteurs seront certainement très satisfaits de ton article s’ils suivent les conseils que tu donnes.
    Bonne journée.
    Danièle

  6. Magaly 31 juillet 2012 at 11 h 32 min #

    Je me retrouve un peu ds cet article, en ce moment g un Rhume et comme tu dis si bien Seb c vrai que quand on fait des crises d’angoisses c pas évident d’avoir le nez bouché, je v donc appliquer la pensée positive. Je v aussi l’appliquer en ce qui concerne la chaleur car dés qu il fait 30° je déclenche des crises, il faut que je vois le soleil comme un ami, qui fait naitre la vie… Allez c parti, c mon exercice de la journée lol.
    Merci pour tt ces conseils.
    bonne journée
    Magaly

  7. hannah@methode Tipi 2 août 2012 at 22 h 31 min #

    Bonsoir Sébastien,
    il n’y a pas que des mots dans ton article,
    il y a aussi l’énergie comme si on sentait que tu
    vis ce que tu écris et c’est très agréable.
    Pour reprendre ton anecdote de l’entorse, parfois j’irai
    même plus loin: parce que je le prends immédiatement
    positivement, je n’ai pas de fracture et non pas, j’ai une
    entorse et je le prends positivement.
    Je ne sais pas si je me suis faire comprendre.
    Je vais prendre un autre exemple:J’avais un client
    hier avec de gros problèmes financiers qui venait de recevoir
    un avis de trop perçu des impôts avec encore de gros frais.
    Le lendemain, les impôts rectifiaient leur erreur.
    Simplement parce qu’il avait changé de point de vue sur sa
    vie et sur l’insécurité.

    • Sebastien
      Sébastien 10 août 2012 at 11 h 02 min #

      Bonjour Hannah,
      Je comprends ce que tu dis : se rendre compte tout de suite que ça pourrait être bien pire.
      Au passage, il se trouve que mon entorse n’en est pas une mais est en fait une fracture !! :)
      Pendant 15 jours, je me suis soigné comme si j’avais une entorse (avec attelle et pommade) pour me rendre compte avant hier qu’en fait : je n’ai pas d’entorse mais j’ai une fracture !
      Comment interpreter ça ? du coup je ne m’y retrouve plus :)
      Sébastien

      • annick 14 septembre 2012 at 16 h 54 min #

        Bonjour Sébastien,
        Dans ton article auquel j’adhère complètement, il y a mieux que les mots.
        Tout ce que tu écris, tu le vis, tu le ressens. Je pense à ta fracture.
        Moi, je suis handicapée des jambes mais je suis contente de VOIR, d’ENTENDRE, d’avoir 2 BRAS, 2 MAINS, un BON COEUR…etc
        Amicalement

        • Sebastien
          Sebastien 14 septembre 2012 at 19 h 11 min #

          Bonjour Annick,
          Merci pour votre gentil commentaire.
          Un grand bravo pour votre courage et votre positivité !
          C’est remarquable, et votre exemple inspirera sans doutes de nombreuses personnes.
          Sébastien

  8. Maya 29 septembre 2012 at 11 h 04 min #

    Bonjour
    Comme tout cela est vrai
    J’ai un mari handicapé à 80% suite à une infection nosocomiale attrappée à l’hôpital
    Jambe handicapée totalement
    De plus il a reçu à 16 ans un projectile dans un oeil qui lui a donc fait perdre son œil
    Récemment on lui a découvert une DMLA à l’autre œil heureusement maîtrisée
    Il vient encore de subir une intervention pour sa jambe et suite à une erreur médicale il a fait un choc aux médicaments trop dosés !
    Et bien il reste toujours positif, ne se plaint jamais et j’avoue que j’ai honte de mes crises d’angoisse moi qui suis valide
    Alors oui regardons ce qui est bon, ce que nous avons la chance d’avoir
    Merci pour votre article

    • Sebastien
      Sebastien 6 février 2013 at 16 h 26 min #

      Bonjour Maya,
      C’est remarquable que votre mari reste positif malgré toutes ces difficultés. Cela montre bien que peu importe nos difficultés, nous pouvons choisir de les aborder de manière optimiste et positive.
      Néanmoins, ne vous culpabilisez pas d’avoir des problèmes d’angoisse. Vous êtes là sur ce site à essayer de les comprendre, à essayer de vous améliorer, et c’est tout ce qui compte. Continuez à apprendre, à comprendre, à pratiquer, grâce à votre mari, grâce à ce site… et laissez la culpabilité de côté.
      Sébastien

  9. rima 21 mars 2013 at 16 h 58 min #

    j’observe ma réaction quand un proche fait face à un problème, je suis très calme, je lui pose des questions, je vois tout clair, dans la plupart des cas, je lui montre la solution (ou bien lui donne le courage d’agir). j’ai observé également mes émotions. une humeur égale, qui n’influe pas du tout sur ma capacité à être lucide.
    j’ai essayé de faire la même chose quand il s’agit de moi. mes pensées sont dispersées, je n’arrive pas à raisonner de manière cohérente, j’ai observé aussi mes émotions, je suis complètement sens dessus-dessous, et en fait c’est ça qui me submerge et paralyse mes pensées. je ne peux pas voir le positif quand mes émotions sont retournées.

    • Sebastien
      Sebastien 1 avril 2013 at 15 h 58 min #

      Bonjour Rima,
      C’est déjà super si tu arrives à rester bien ancré en écoutant les autres. En ce qui concerne ton tes pensées et émotions, est-ce que tu as lu l’article « devenez l’observateur de vos pensées« ? Pour ne pas te faire submerger par tout ça, l’objectif est d’apprendre à laisser passer tout ça sans s’y accrocher, sans nommer. Juste ressentir, et laisser passer sans juger ni mettre d’étiquette. L’image de la cascade qu’il y a dans l’article t’aidera peut-être.

  10. Bob17 14 novembre 2013 at 18 h 14 min #

    Cette article m’inspire une citation qui doit sûrement apparaître ailleurs sur votre blog :

    « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » (Nietzsche)

    Autrement dit, je grandis des épreuves que je traverse. Ou encore, il faut accepter de tomber, et s’enrichir de l’incommensurable satisfaction intérieure de s’être relevé.

    J’ai pris quelques claques dans la vie et j’en prends encore (sinon que ferai-je ici ? ;) )
    Il est clair qu’il est infiniment plus constructif et nourrissant de se battre, se forcer, ne pas se décourager, pour s’en sortir, plutôt que de se victimiser et s’engluer dans la contemplation négative.

    Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire, comme l’illustrait par ex assez bien BALAVOINE :

    « Mais vivre en silence en pensant aux souffrances de la terre
    et se dire qu’on est pas les plus malheureux.
    Mais quand dans l’amour tout s’effondre,
    Toute la misère d’un monde n’est rien à côté d’un adieu. »
    (Vivre ou Survivre – 1982)

    Sans compter que si s’occuper de soi peu déjà s’avérer une tâche ardue, essayer d’aider un proche malgré lui est encore une autre histoire… avec risques de spirale négative absorbante etc…

    Ceci étant, et pour conclure positivement, quels que soient nos problèmes, nos angoisses, nos malheurs, je pense que c’est en travaillant dessus (et non pas nécessairement contre ;) ) méticuleusement, doucement mais sûrement, pierre après pierre, que l’on progresse vers l’amélioration, petit à petit. Pour ma part, après chute et quelques rechutes psy, j’ai décidé cette fois de multiplier les actions ‘réparatrices’ naturelles (sport, alimentation, luminothérapie…) au détriment des traitements médicamenteux (que j’ai d’ailleurs toujours pris avec une réticence viscérale pour des raisons que je ne développerai pas ici). Et une chute (au sens propre du terme cette fois) m’immobilise maintenant partiellement, et AURAIT PU saper mon élan. Mais que nenni ! Cet évènement m’a amené a faire d’autres recherches sur le stress et la relaxation, à étudier un peu la respiration, et à atterrir sur ce formidable Blog qui devrait être subventionné par la sécu :D

    Un grand MERCI à Sébastien, ainsi qu’à tou(te)s les intervenant(e)s qui s’y expriment.

    • Sebastien
      Sebastien 4 novembre 2014 at 15 h 23 min #

      Et merci à vous pour ce formidable partage d’expérience ;)
      Au plaisir !

  11. Ingrid 21 septembre 2014 at 21 h 02 min #

    Bonjour, bonsoir,
    En fait, trouver la positivité n’a rien de facile surtout quand on est dans l’angoisse, la dépression… et d’autres problèmes. Mais, j’ai trouvé au dela des conseils sur ce blog une liste de question qui me font du bien, intitulées « Question énergisantes de Tony Robbins ». Formidable outil à faire matin et soir (ce qui n’enlève pas nos problèmes, mais nous permet de voir tout ce qui a de bon quand même).

  12. Tiffany 30 octobre 2014 at 22 h 18 min #

    Bonsoir Sébastien !

    Je suis nouvelle sur ton blog et j’ai déjà mis plein d’articles en favori ! En te décrivant avant j’ai l’impression de me voir. J’ai 20 ans et j’ai décidé aussi de changer ma façon de penser. Quand ça fait 20 ans que l’on pense mal (j’en suis consciente que depuis quelques années) , que l’on vit avec des pessimistes et des victimes, il est difficile de changer. Mais quand l’envie est là , rien ne peut nous faire reculer ! Je travaille en ce moment sur la micro méditation et sur les phrases positives ! Quand je me « surprends » en train de dire une phrase négative, j’inclus un « mais » et je fais une phrase positive (d’après un article que j’ai lu il y a peu de temps, le cerveau ne retient que ce qu’il y a après un « mais » dans une phrase) ! ça marche plutôt bien !

    Merci pour cet article, je m’en vais lire un autre !

    Bonne soirée et douce nuit,
    Tiffany

    • Sebastien
      Sebastien 4 novembre 2014 at 11 h 00 min #

      Bonjour Tiffany,
      Merci pour ce partage, utiliser le « mais » pour ajouter du positif est une très bonne stratégie !
      Bonne continuation à vous toi,
      Amicalement,
      Sébastien

  13. Nancy 25 décembre 2015 at 22 h 26 min #

    Bonjour Sébastien,
    Je viens de découvrir votre blog purement par hasard. Et je suis éblouie par votre investissement à aider les autres, la richesse du contenu, la simplicité de l’expression.
    J’ai déjà reçu 3 mails avec les fiches pratiques sur la « sérénité ».
    Merci encore une fois.. et je continue ma lecture.

    Bonnes fêtes de fin d’année
    Nancy

Laisser un commentaire